Planifié Séminaire
RESTORE Bâtiment INCERE, 4bis avenue hubert curien 31100 Toulouse Carte
Ouvrir dans l’application

Les adipocytes médullaires :
Des adipocytes « originaux » impliqués dans la progression tumorale ?

Alors que le tissu adipeux médullaire (TAM) représente environ 10% de la masse adipeuse totale, ce dépôt reste très mal caractérisé chez l’Homme. Contrairement aux autres dépôts adipeux, la masse adipeuse médullaire est augmentée avec l’obésité mais aussi en situation de déficit énergétique (anorexie nerveuse ou restriction calorique) suggérant que les adipocytes médullaires (Ad-M) possèdent un métabolisme spécifique.

Notre équipe a établi une collaboration avec le Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique du CHU de TOULOUSE afin d’obtenir des AM humain et de les caractériser sur un plan métabolique. Malgré une morphologie semblable aux adipocytes du tissu adipeux sous cutané (Ad-SC), les Ad-M présentent un métabolisme lipidique très différent des Ad-SC. En effet, nous avons montré que les Ad-M sont dépourvus d’activité lipolytique ce qui explique pour la première fois pourquoi ce dépôt adipeux est préservé en situation de déficit énergétique. L’analyse protéomique de ces adipocytes a aussi révélé qu’ils ont un métabolisme orienté vers le cholestérol puisqu’ils expriment fortement des enzymes impliquées dans l’hydrolyse du cholestérol comme LIPA (Lysosomal Acid Lipase) et NCEH1 (Neutral Cholesterol Ester Hydrolase 1).

Ainsi, par leur capacité à libérer du cholestérol, les AM pourraient affecter les cellules à proximité comme les cellules tumorales prostatiques, aspects que nous étudions actuellement au laboratoire. Nos résultats préliminaires montrent que des cellules tumorales prostatiques cocultivées avec des AM accumulent des lipides neutres. Considérant la spécificité métabolique des AM (absence de lipolyse et métabolisme orienté vers le cholestérol), il sera donc important de déterminer la nature de ces lipides libérés et stockés dans les cellules tumorales ainsi que les mécanismes permettant leur libération.

Pour en apprendre davantage

Camille Attané

Camille ATTANÉ

Chargée de recherche à l’IPBS de Toulouse – Equipe « Microenvironment, Cancer and Adipocytes »