Appel à candidatures pour le poste de Directeur-trice d’Unité

Directeur-trice d'unité de recherche

Description du poste

Le Centre de recherches RESTORE est un jeune institut (création en janvier 2021 sous l’égide de l’INSERM, du CNRS, de l’EFS, de l’Université Toulouse III et de l’ENVT) qui aborde de façon pluridisciplinaire l’étude de l’homéostasie tissulaire chez l’adulte, son vieillissement (normal et/ou pathologique) et les stratégies de réjuvénation possibles.

L’étude de déterminants majeurs que sont le stroma, l’inflammation et le métabolisme (SIM) dans une approche globale de gérosciences permet à la fois l’exploration des mécanismes fondamentaux de la perte de fonction liée à l’âge mais aussi une activité translationnelle importante visant à restaurer cette perte de fonction par des approches de pharmacologie et de médecine régénératrice. L’originalité du laboratoire est la façon de penser une science transdisciplinaire et multiculturelle (au-delà de la seule biologie) et de porter un projet unique avec le développement de modèles originaux communs et le recueil des données pour une analyse globale, multi-échelle et inter-organe. L’application rapide est favorisée à travers des liens étroits avec les services cliniques (Gérontopole, cohorte INSPIRE) et des plateformes de valorisation (le laboratoire héberge une plateforme intégrée dans le projet d’infrastructure nationale EcellFrance dédié à la médecine régénératrice à partir de cellules souches adultes).

RESTORE est organisé en 4 équipes de recherche (voir onglet recherche ci-dessus), auxquelles sont adossées des équipes partenaires provenant de champs disciplinaires autres que la biologie (mathématiques, physique, chimie, informatique), un centre d’expertise et de ressources technologiques (CERT) ainsi qu’une zootechnie dédiée aux modèles de vieillissement (dont le poisson killifish unique en France).

En complément du support technologique, les services généraux contribuent au fonctionnement du centre. Ces services de support incluent la gestion administrative et financière en lien avec les différentes tutelles, un magasin, un service logistique/technique/informatique, de même que différentes cellules : animation scientifique, RPS et prévention, et Ethique.

La directrice ou le directeur de RESTORE devra être un.e scientifique ou un.e clinicien.ne de notoriété nationale et internationale. Elle/Il devra démontrer une capacité à travailler dans un environnement interdisciplinaire et posséder une solide connaissance du système de recherche français.  

Contexte de travail

Elle/Il aura pour mission :

1- de porter le projet de recherche de l’institut et de définir une stratégie scientifique innovante pour le développement de RESTORE,

2- d’assurer le bon fonctionnement de l’institut par la gestion adéquate des moyens mis à disposition par les tutelles et

3- d’accompagner l’évolution de l’institut face aux changements/défis sociétaux.

Le/la directeur(trice) sera accompagné(e) par un comité de direction formé de(s) directeur(trice)(s) adjoint(e)s, d’un(e) secrétaire général(e), des chefs d’équipe et du responsable du CERT.

Il/Elle pourra également compter sur le conseil de laboratoire pour l’aider dans ses fonctions.

Avant même de prendre ses fonctions au 1er janvier 2027, le/la directeur(trice) portera le projet de renouvellement de l’institut dès 2024 en collaboration avec la direction actuelle. Bien que l’appartenance à un EPST ou un EPSCP soit un avantage, l’accompagnement d’un candidat non statutaire pourra être considéré.

Informations complémentaires

Les candidatures éligibles seront examinées par le comité de direction.

Les entretiens des candidats ou candidates éligibles se tiendront fin 2023 et une présentation du projet du ou des candidat(s) à l’unité sera programmée avant la fin de l’année 2023.

Les candidatures doivent être adressées avant le 15 septembre 2023 en un seul fichier format PDF incluant un CV détaillé et une lettre de motivation.

CONTACT

Mr Philippe VALET (Directeur d’Unité)

15/06 : LE 13H DE FLORENCE RUGGIERO @ RESTORE

Decoding the matrix: how collagens shape neuromuscular development

En tant que jeune chercheuse au CNRS, Florence RUGGIERO s’est principalement intéressée à l’analyse des interactions cellule-matrice, des récepteurs du collagène et de la formation des réseaux de la matrice extracellulaire.

En 2001, elle a commencé à diriger son groupe indépendant à l’Institut de chimie des protéines et des protéines (IBCP, Lyon) où elle a apporté des contributions originales dans le domaine de la matrice extracellulaire, des molécules aux organismes. Elle a notamment été pionnière dans l’utilisation du modèle du poisson zèbre pour caractériser la fonction des collagènes dans le développement, la régénération et la maladie.

En 2011, elle a rejoint l’Institut de génomique fonctionnelle de Lyon (IGFL, Ecole Normale Supérieure de Lyon), une structure de recherche de 120 personnes travaillant sur la génomique fonctionnelle, le développement, la physiologie et la biologie évolutive. Son équipe a sans doute acquis une reconnaissance internationale dans le domaine de la biologie matricielle lorsqu’elle s’installe à l’IBCP.

La plupart de ses travaux récents se sont concentrés sur le décodage des relations causales entre la matrice extracellulaire et les événements de signalisation qui régissent la formation des tissus et sur l’examen de leur perturbation possible dans les maladies, ainsi que sur la compréhension de la façon dont les cellules en développement façonnent spatialement et temporellement les matrices contenant du collagène qui sont essentielles pour la formation et l’homéostasie des tissus. Le poisson zèbre est devenu son modèle animal préféré et ses recherches se concentrent désormais sur la réparation de la peau et le rôle de la matrice extracellulaire dans le développement, la réparation et les maladies du système neuromusculosquelettique.

Pour en apprendre davantage

directrice de recherche au CNRS et directrice de l’Institut Génomique Fonctionnelle de de Lyon. Sa formation combine la biologie cellulaire, la biochimie et la biologie du développement.

08/06 : LE 13H DE JULIE DAM @ RESTORE

An intriguing mechanism of action of a G protein coupled receptor in the adipose tissue

Julie Dam s’intéresse à la compréhension du mécanisme d’action des récepteurs membranaires, y compris le récepteur de la leptine et les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG), dans la physiopathologie de l’obésité et du diabète de type 2. En tant que cibles principales des médicaments prescrits actuellement, les RCPG présentent un intérêt particulier. L’élucidation de la fonction des RCPG, dont on sait peu de choses, pourrait avoir un potentiel thérapeutique important.

Pour en apprendre davantage

chercheuse INSERM à l’Institut Cochin, co-dirige l’équipe “Pharmacologie fonctionnelle et physiopathologie des récepteurs membranaires” avec Ralf Jockers

01/06 : LE 13H DE MICKAEL MEYRAND @ RESTORE

Unlocking Spatial Biology with Orion™

Orion™ est une nouvelle plate-forme de biologie spatiale permettant des résultats d’immunofluorescence sur lame entière et d’imagerie H&E sur la même section pour jusqu’à 20 biomarqueurs en une seule étape de coloration des tissus. L’imagerie Orion est réalisée en moins de 2 heures par échantillon, ce qui rend l’approche adaptée à la recherche translationnelle et clinique.

Ce séminaire décrira l’utilisation de la microscopie immunofluorescente multiplexée pour étudier l’architecture et l’état des cellules, les marqueurs de maladies, les cibles médicamenteuses potentielles et la réponse immunitaire de l’hôte. Nous décrirons comment la mesure quantitative et subcellulaire de jusqu’à 17 biomarqueurs protéiques sur plusieurs échantillons de diapositives entières par jour a été utilisée pour des études translationnelles et cliniques à grande échelle. Les exemples incluront des tissus sains et une gamme de tumeurs solides et de microenvironnements immunitaires.

Pour en apprendre davantage

Field Application Specialist – Rarecyte (Precision Biology Solutions – Spatial Biology Realized)

16/03 : LE 13H DE ARUN KUMAR @ RESTORE

De-centralizing the Central Dogma: Gating of central clock signals prevents muscle aging

Daily tissue functions rely on a network of molecular clocks that are necessary for organism health but can be disrupted by aging and lifestyle changes. Communication of these tissue clocks and their temporal coordination are essential for maintaining organism health. The mechanisms accounting for the communication needed for daily coherent physiology during an individual’s life, and whether (and how) intra-tissue clocks networks are important for muscle tissue maintenance, have remained practically unknown.

Here, we addressed the open question of how the brain and muscle clock interact to maintain correct daily muscle physiology, and whether disruption of any such communication leads to aging phenotypes in muscle. To elucidate the structure of this network, we established a minimal clock module with the central clock (suprachiasmatic nucleus [SCN]/brain) and/or a peripheral clock (muscle) in arrhythmic, prematurely-aged mice. Unexpectedly, we observed that brain-muscle clock network reconstitution suffices for preserving basic daily homeostatic functions and preventing premature muscle aging, but input from other peripheral clocks is required for full daily physiology. Mechanistically, the muscle peripheral clock acts as a gatekeeper by selecting and suppressing signals from the central clock, such as untimed lipid metabolism and mitochondrial homeostasis, which would be detrimental to muscle function if left uncontrolled, and by integrating the muscle homeostatic functions. This gatekeeping function of the peripheral clock over the central clock was key in preventing sarcopenia, uncovering a less hierarchical organization than previously proposed. In normally aged mice, the central clock fails with declining activity.

Strikingly, failure of the central clock in normally aged mice (and in young mice lacking the central clock) can be rescued by imposing a feeding regime associated with correct circadian rhythm (e.g., time-restricted feeding)  which drives the muscle clock autonomously, thus restoring circadian functions and preventing sarcopenia. Our findings reveal reciprocal interactions of the central and peripheral clocks that are required for the daily function of muscle and that can be drastically influenced by eating patterns, with implications for fostering healthier aging and reversing age-related muscle pathologies.

Pour en apprendre davantage

CHERCHEUR, Department of Experimental and Health Sciences, Pompeu Fabra University (UPF),CIBER on Neurodegenerative Diseases (CIBERNED)

23/03 : LE 13H DE ANNABELLE DECOTTIGNIES @ RESTORE

ALTERNATIVE LENGTHENING OF TELOMERES IN CANCER: DIAGNOSIS AND THERAPEUTIC PERSPECTIVES

Les télomères sont des structures spécialisées qui protègent l’extrémité des chromosomes. Ils peuvent s’apparenter à des « capuchons de protection ». L’importance de l’étude des télomères, entre autres dans le contexte de la recherche contre le cancer, a encore été renforcée par l’attribution du Prix Nobel de Médecine 2009 à la découverte des télomères et de la télomérase.

Pouvoir maintenir ces « capuchons » est crucial lorsque les cellules se divisent car le processus naturel de division cellulaire endommage les extrémités chromosomiques. Au cours des premières divisions embryonnaires, nos cellules sont capables de maintenir cette protection, mais cette capacité est ensuite perdue dans la majorité des cellules puisqu’elles ne se divisent plus.

De cette façon, la nature nous protège contre la prolifération cellulaire illimitée, comme celle qui caractérise les cellules cancéreuses. Comment la formation de tumeur est-elle dès lors possible ? L’acquisition d’un mécanisme de maintien des télomères nécessite d’outrepasser les barrières naturelles de protection contre le cancer, par le biais de mutations et de remaniements des chromosomes. Une fraction des cellules qui passent par le processus de cancérisation y parvient, et ces cellules sont alors capables de se multiplier dans l’organisme.

Au laboratoire, nous nous intéressons à cette problématique et souhaitons acquérir une meilleure connaissance des mécanismes de maintien des télomères afin d’identifier d’éventuelles nouvelles cibles pour la lutte contre le cancer.

Pour en apprendre davantage

CHERCHEUSE, Institut de Duve- Université Catholique de Louvain, lauréate du prix Allard-Janssen 2017

Assistant.e ingénieur.e en expérimentation et instrumentation biologiques H/F

ARIA FUSION

Assistant.e ingénieur.e en expérimentation et instrumentation biologiques H/F

Ville : Toulouse, France

Corps : Assistant.e ingénieur.e

Remunération : voir grilles indiciaire des fonctionnaires

Type de contrat : Mobilité interne INSERM

Quote : Temps complet

Description du poste

Mission :

Au sein du Centre de Ressources et d’Expertises Technologiques de RESTORE (CERT)
l’assistant.e ingénieur.e aura pour mission de :
1 – réaliser les expériences de cytométrie et assister les utilisateurs du plateau de cytométrie ;
2 – participer au bon fonctionnement du plateau ;
3 – former les nouveaux utilisateurs ;
4 – développer l’utilisation de l’analyse non supervisée de données multiparamétriques.

Activités :

Activités principales :
– Assurer un support à la responsable du plateau de cytométrie RESTORE ;
– Assurer la formation des nouveaux utilisateurs sur les appareils d’analyse en libre-service ;
– Accompagner les utilisateurs dans la conception des panels d’anticorps, l’acquisition des
données et l’analyse de leurs expériences ;
– Réaliser en autonomie les expériences de tri cellulaire pour les utilisateurs ;
– Participer au bon fonctionnement du plateau de cytométrie ;
– Assurer les contrôles qualité sur les cytomètres et la maintenance de premier niveau des
appareils ;
– Assurer le suivi des maintenances du parc technique ;
– Participer à la gestion financière du plateau (tarification, devis, facturation) en accord avec
les règles comptables de l’organisme ;
– Appliquer et s’assurer de l’application des règles d’hygiène et sécurité ;
– Participer aux tâches communes (gestion des stocks et déchets, commandes, démarche
qualité…).

Contexte de travail

Compétences :

Connaissances approfondies en cytométrie en flux et en tri cellulaire ;
• Maîtrise des principes de la cytométrie en flux
• Utilisation de logiciels d’analyses de cytométrie en flux (Flow Jo, Flow Logic, Kaluza)
• Connaissances en biologie cellulaire
Institut national de la santé et de la recherche médicale 3
• Connaissances des normes qualités
Acquisitions et analyses en cytométrie en flux
• Tris cellulaires
• Aptitudes relationnelles : Capacité à transmettre clairement des informations, écouter activement,
interagir avec des communautés variées, et faire preuve d’ouverture d’esprit. Disponibilité.
Investissement dans le collectif.
• Aptitudes méthodologiques : rigueur et méticulosité dans la réalisation des protocoles, l’enregistrement
des échantillons, le suivi des expérimentations et le traitement des données.
• Sens de l’organisation (planification, priorisation, anticipation).
• Capacités d’adaptation et de réactivité.

Contraintes et risques :

La personne peut être amenée à travailler sur plusieurs sites : Campus Oncopole et Campus Rangueil (CHU et Université), les trajets entre les sites sont pris en charge (tikets tisséo/téléo)

Contexte de travail :

L’institut RESTORE est un centre de recherche multi-tutelles (Univ. Toulouse 3-Paul
Sabatier, CNRS, Inserm, EFS) situé sur le site Oncopole-Langlade de Toulouse. L’institut
compte actuellement plus de 140 collaborateurs répartis en quatre équipes de recherche et
un centre de ressources et d’expertises technologiques.

Le plateau de cytométrie est rattaché à la plateforme technologique Toulouse Réseau
Imagerie (TRI) du GIS GENOTOUL, labellisée IBiSa et certifiée Iso 9001 v2015 et NFX 50-
900 V2016.

Les équipements sont ouverts à l’ensemble de la communauté scientifique académique et
privée. Le plateau de cytométrie est équipé de trois cytomètres analyseurs (un Fortessa X20,
Macsquant Q10), d’un trieur de cellules (ARIA fusion) et d’un cytomètre en image (Image
Stream X).

Informations complémentaires

Date de prise de fonction juin 2023

Diplôme requis/ expériences appréciées :
• Niveau : Bac+2 minimum
• Expérience souhaitée en laboratoire

CONTACT

Postuler sur le portail de l’INSERM :

19/01 : LE 13H DE AUDREY FERRAND @ RESTORE

Deciphering the intestinal epithelium regulation : a multidisciplinary approach

I obtained in 2004 a PhD in Pharmacology from the University of Toulouse. My research interest in the laboratory of Digestive Biology (INSERM U531) was to decipher the signaling pathways involved in the initiation of colon and pancreas cancers.

In 2005, I joined the laboratory of Jeffrey Settleman at the Massachusetts General Hospital (MGH) Cancer Center, Harvard Medical School, in Boston (USA) where I characterized the differential drug response of mutated EGFR in non-small cell lung cancer. In 2006, I moved to the Surgery Department of the University of Melbourne (Australia) where I identified the crucial role of gastrin precursors in the tumor-initiating capacity of CD133-positive colon cancer cells.  In 2009, I have been recruited as a junior assistant professor (INSERM CRCN) to establish a research program aiming to identify therapeutic targets in colorectal cancer.

Since 2018, I lead a research group at the IRSD (Institut de Recherche en Santé Digestive) studying the interactions between the intestinal epithelium and the environment, either luminal or stromal. By combining morphological, functional, pharmacological and microfluidic approaches to 3D cell primocultures of colorectal organoids and fibroblasts, we study the interactions between the intestinal epithelium and the fibroblasts in the context of inflammatory bowel diseases and the risk of tumorigenesis.

Pour en apprendre davantage

CR1 INSERM, Institut de Recherche en Santé Digestive,

INSERM u1220, INRA u1416, Université Paul Sabatier, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, Toulouse.

12/01 : LE 13H DE CHRISTOPHE PELLEFIGUES @ RESTORE

Contrôle de la résolution de l'inflammation par les basophiles dans un modèle de lésion cutanée chez la souris âgée

Pro-resolution M2-like macrophages are critical for wound healing. Aging-associated systemic chronic inflammation alters their functions and favors the development of chronic wounds, a major morbidity in elderly patients. Basophils, rare circulating granulocytes known for their pro-inflammatory roles in allergic and parasitic diseases, can potently promote M2-like macrophage’s pro-resolution functions due to their high innate production of type 2 cytokines.

In this work in progress, we explore the roles of basophils in skin wound healing using mice models of specific basophil depletion or gene deletion, and reanalysis of published transcriptomic datasets. We show that basophils infiltrate skin wounds early during inflammation and express Interleukin 4 (IL-4) for at least three weeks. They inhibit the accumulation of pro-inflammatory monocytes/macrophages during the resolution phase in an IL-4 dependent manner and accelerate wound closure while favoring keratinocyte differentiation during re-epithelialization.In aged mice, basophils have a more activated and immature phenotype but unexpectedly show enhanced pro-resolution properties.

Thus, basophils display pro-resolution properties favoring the skin wound healing response in both adult and elder mice. Unraveling the molecular mechanisms controlling these properties may hold promise to restore optimal healing and resolution in the elderly.

Pour en apprendre davantage

CR CNRS au Centre de Recherche sur l’Inflammation à Paris, dans l’équipe de Nicolas Charles et Ulrich Blank “Basophiles, mastocytes et Immunopathologie”

Ingénieur.e d’Études en Analyses Chimiques H/F

National Cancer Institute - Unsplash

Ingénieur.e d'Études en Analyses Chimiques H/F

Ville : Toulouse, France

Corps : Ingénieur.e d'Études en Analyses Chimiques H/F

Remunération : 2213-2335 brut mensuel selon expérience

Type de contrat : CDD Technique/Administratif 23 mois à partir du 1er février 2023

Quote : Temps complet

Description du poste

Mission :

Nous sommes à la recherche d’un(e) ingénieur(e) d’étude spécialisé(e) en métabolomique basée sur la spectrométrie de masse pour caractériser le métabolisme de cellules stromales mésenchymateuses issues de tissu adipeux in vitro. Ce projet aura pour but de déterminer les réseaux métaboliques spécifiques des cellules au cours des différentes phases de production et de différentes conditions de culture afin d’identifier des déterminants métaboliques clés pour l’optimisation du procédé de production et l’orientation phénotypique des cellules. Ces études seront réalisées dans l’équipe METABOLINK de l’institut RESTORE situé sur le site Langlade de Toulouse, en collaboration avec l’équipe GOT-IT, et en lien avec la plateforme MetaToul-MetaboHUB (www.metatoul.fr).

Activités :

Activités principales :
– Participer à la collecte et au suivi des échantillons biologiques,
– Participer à la mise en place des protocoles pour l’extraction des métabolites,
– Réaliser des analyses par spectrométrie de masse à haute résolution (HRMS), en particulier sur un système LC-MS-Q-Exactive-plus et participer à la maintenance de cet instrument,
– Mettre au point les outils nécessaires à l’analyse des données générées,
– Mener l’analyse biostatistique et mettre en forme les résultats.

Activités associées :
– Travail en collaboration entre 2 équipes de l’Institut RESTORE (METABOLINK et GOT-IT) et en interaction avec les autres partenaires du projet, ainsi qu’avec la plateforme MetaToul-METABOHUB (www.metatoul.fr, analyses métaboliques),
– Gestion et organisation des moyens techniques dans le cadre de l’étude, incluant gestion des matériels et consommables, entretien et maintenance des équipements, formation des utilisateurs aux techniques développées, commandes, etc.,
– Rédaction de rapports d’expérience ou d’étude, de notes techniques, de protocoles de laboratoires, participation à la rédaction de publications,
– Communication (interne et externe) sur les données expérimentales,
– Participation au fonctionnement collectif de l’équipe et du laboratoire (gestion des stocks de consommables, participation au suivi des équipements, participation aux réunions d’équipe, taches collectives).

Contexte de travail

Compétences :

  • Connaissance scientifique dans le domaine de recherche : biochimie, chimie analytique,
  • Connaissances théoriques et pratiques en techniques analytiques séparatives, en particulier la chromatographie liquide à haute performance (HPLC) couplée à la spectrométrie de masse.
  • Expérience en métabolomique, de la préparation des échantillons à l’analyse des données. Des connaissances en fluxomique seraient un plus.
  • Capacité de réaliser des développements de protocoles analytiques en métabolomique non ciblée,
  • Notions en mathématiques, méthodes statistiques et programmation informatique (R ou Python),
  • Capacité d’organiser et de prioriser les tâches de travail et de fonctionner en tant que membre d’une équipe ; une expérience en gestion de projet serait un plus,
  • Connaissance de base en culture cellulaire serait un plus,
  • Travail en milieu confiné, protégé (connaissance des règles d’hygiène et de sécurité liées à la manipulation de produits chimiques, produits à risque biologique),
  • Communication, rédaction, transmission de savoir-faire technique,
  • ANGLAIS : compréhension orale : niveau I – Compréhension écrite : niveau II

Contraintes et risques :

La personne peut être amenée à travailler sur plusieurs sites : les sites RESTORE (Campus Oncopole et Campus Rangueil) et ceux de la plateforme MetaToul-MetaboHUB (Campus Rangueil), suivant les exigences des manipulations et des réunions.

Contexte de travail :

Ce poste s’inscrit dans le cadre du projet OPTI-STEM qui vise à démocratiser l’accès à la thérapie cellulaire en France et en Europe, dans le cadre de la stratégie d’accélération « Biothérapies et bioproduction de thérapies innovantes » financée par l’Etat via Bpifrance et par la région Occitanie. Le projet OPTI-STEM vise à optimiser la production de cellules stromales mésenchymateuses dérivées des tissus adipeux (ASC) afin d’en démocratiser l’accès et ainsi permettre la diversification des applications thérapeutiques de ce type de cellules et de leurs dérivés (exosomes, etc.).

Informations complémentaires

Date de prise de fonction 1er Février 2023 Durée 23 mois

Diplôme requis/ expériences appréciées :
• Niveau : Ingénieur
• Expérience souhaitée en laboratoire,
• Expérience souhaitée 1 à 4 ans

CONTACT

Postuler sur le portail du CNRS :